Le speed dating : des chaises musicales pour trouver l’amour

6 mars 2020
speed dating

L’expression speed dating, de l’anglais « rencontres rapides », désigne une méthode de rencontres brèves et en série, destinée aux célibataires à la recherche de l’âme sœur. D’abord réservée à la rencontre amoureuse, la formule tend aujourd’hui à investir d’autres domaines.

Le speed dating apparaît à Los Angeles dans les années 1990, quand le rabbin Yaacov Deyo a l’idée d’organiser des rencontres entre jeunes célibataires juifs. Son objectif est alors d’encourager les mariages au sein de la communauté. Après avoir gagné le reste des États-Unis, le concept s’est rapidement étendu à d’autres pays et fait son apparition en France aux alentours de 2002.

Le speed dating, comment ça marche ?

Dans un premier temps, les candidats doivent s’inscrire auprès de sociétés organisatrices qui effectuent un premier tri et répartissent les célibataires en groupes à peu près homogènes (critères d’âge, de catégorie socioprofessionnelle…). Un rendez-vous est alors fixé dans un lieu public de type café, restaurant… Sur place, les célibataires sont mis en rapport deux par deux autour d’une table, pour une durée déterminée à l’avance (le plus souvent sept minutes). Les participants sont libres d’aborder tous les sujets qu’ils désirent, mais aucune coordonnée personnelle ne doit être échangée. De même, aucun participant ne doit dire à l’autre s’il souhaite le revoir. C’est seulement à l’issue de la rencontre que les célibataires font connaître leurs appréciations aux organisateurs, qui se chargeront ultérieurement de mettre en rapport ceux qui souhaiteraient se revoir. Après chaque séance de discussion, l’un des célibataires change de table, et ainsi de suite jusqu’à que tous les participants se soient rencontrés.

Les raisons du succès

Le succès des « rencontres-éclairs » est essentiellement un phénomène urbain, qui va de pair avec l’augmentation du nombre de célibataires. On l’explique souvent par la disparition des intermédiaires traditionnels (rôle des parents, marieurs professionnels…) qui donne l’illusion d’une plus grande difficulté à se rencontrer. Dès lors, de nouvelles méthodes de rencontres apparaissent (speed dating, rencontres on-line…), qui n’en sont finalement que les formes modernes : on s’imagine encore qu’une relation sentimentale peut reposer sur des critères rationnels.

Aux dires des organisateurs, le succès de la formule speed dating serait essentiellement due à son aspect ludique. Les participants sont assurés de passer une soirée amusante, dans une ambiance bon enfant. Au fond, ce ne serait qu’un jeu. Le succès de ces événements réside en fait dans leur déroulement très codifié, dans leur encadrement. Finalement, c’est surtout la ritualisation de la rencontre qui rassure. Enfin, il ne faut pas oublier que le succès de la méthode vient aussi de l’énorme exposition médiatique dont elle a bénéficié en France. On peut parler d’une véritable campagne de promotion, puisque ces soirées profitent avant tout à ceux qui les organisent ; il vous en coûtera de 15 à 60 € (voire plus, selon les options) pour participer à une rencontre speed dating.

Evolution du concept

Le succès du speed dating a poussé les créateurs d’événementiels à imaginer des dérivés à ce concept. On trouve désormais des soirées « Quiet Party » (sans paroles), « Courses Dating » (faire ses courses ensembles), « Speed Web Dating » (via des logiciels de visioconférences)… Mais surtout le format de la rencontre-éclair s’est étendu à des domaines très différents, comme la recherche de colocataires, les échanges de vues politiques ou le recrutement professionnel, via les « Job Dating ». Le succès de ces derniers est tel qu’un organisme public a même créé une école de « Job Dating » pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées.